Le Deal du moment : -23%
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
Voir le deal
999 €


Elrick, un homme du peuple ( Terminé)
NouveauRépondre


Elrick, un homme du peuple ( Terminé) ─ Mer 28 Aoû - 17:43
Elrick Duchamp
    Elrick Duchamp

    Elrick Duchamp

     

    "Pauvres et riches la mort les rend égaux "

     
    26 ans
    Originaire de un petit village de Néra, proche de la frontière de Volg 
    Vassalité : Néra 
    Statut social : Citoyen 
    Son métier : Milicien
     

    Caractère




    Elrick est un homme simple, franc, un peu brusque, il dira toujours ce qu'il pense et même si son interlocuteur est bien plus élevé dans la société. Il ne se retiendra que si la vie d'autrui est en danger. avec les années il a appris a mettre les formes mais il reste abrupte. Bien qu'il fera une révérence et utilisera les bons mots un roc même tailler n'est pas une pierre précieuse.


    Au première abord il peut semblait froid mais c' n'est qu'une façade, c'est un cœur d'artichaut et cela principalement avec les enfants ou toute personne ne pouvant pas se défendre par elle-même. Ayant subit plusieurs choses marquantes dans sa vie telle que le massacre de sa famille ou sa prostitution forcée, il ne souhaitera jamais de mal à personne à moins qu'elle ne le mérite. Et donnera de sa personne pour aider. quitte à se privé lui même. Pour lui donner est totalement normal. C'est d'ailleurs une partie de son interprétation de la religion.


    Têtu, s’il a une idée en tête seule la mort l'arrêtera, ou de devoir faire du mal à des innocents. Cela lui a valu de réussir plusieurs de ses enquêtes en tant que milicien mais aussi d'en échouer certaine. Bien qu'il soit têtu, il ne mettra pas quelqu'un en danger, à moins de pouvoir en sauver plus par la suite.


    Il est en quête perpétuelle de justice il ne supporte pas l'injustice ,et voit rouge a la moindre forme de corruption quelque soit. On dit qu'un jour un homme a voulu l'acheter alors que Elrick l'arrêter pour prostitution d'enfants, et que l'arrestation n'a jamais eux lieux car personne n'a jamais revu l'homme.
    Elrick peut être très sanguin avec ce genre de sujet.


    Il pense d'ailleurs qu'une femme est tous autant capable qu'un homme, mais que les hommes brident les femmes. Il possède un sens de l'honneur assez prononcé, et voue presque un culte aux chevaliers de la rose. Souhaitant un jour devenir l'un des leur.




    ELrick n'en reste pas moins de naissance assez basse, il lit et écrit assez mal et reste très physique .Une vrai pile électrique, toujours a devoir bouger, courir, ou faire quelque choses il ne peut rester en place. Il fait régulièrement craquer ses doigts quand il devient impatient.


    Il ne choisira jamais la facilité si il doit forcer quelqu'un contre son gré. Il ira jusqu'a échouer si il doit faire du mal a quelqu'un. Il se considère d'ailleurs " vierge " car il ne la jamais fait par choix




    Tous cela peut être dut a plein de choses un part a son éducation en tant que paysan, puis en tant qu'écuyer, mais aussi au massacre qu'il a vus ou ce qu'il a du faire pour survivre. Bien des choses l'on forgé, mais Elrick essaye malgré tout cela d'être un homme bien et ouvert au choix des gens. Ou du moins qui fait le bien.





    Physique




    Elrick ne ce trouve pas spécialement beau, mais il a un certain charme et cela quoi qu'il dise. Ses yeux bleu son perçants et semblent avoir vu bien des choses. Un visage et un corps ayant vécu mille aventures a raconté. Plusieurs cicatrices les parsèment, et chacun est accompagné de son histoire en soit.


    Il est plus grand que la moyenne, un bon mètre 90, mais ça stature massive donne un aspect qui semble le rapetisser. Il arbore toujours une posture très droit, et très fermé. Ses bras son musclés et souvent le long de son corps. Quand il ne porte point de gants on peut y voir les marques d'une autre vie, une vie passée.


    Très athlétique, il a une démarche très agile et souple, qui peut paraitre étrange vis a vis de sa stature. Mais les années de voyages lui ont forgé une allure très aérienne dans ses mouvements.


    Son physique est souvent d'ailleurs rapidement éclipser par son manque de tact. Certain dans son dos s'amuse a dire que son physique est inversement proportionnel a son intelligence. A vrai dire, il trouve simplement que les courbettes son pour les gens qui ne veulent pas agir. Et c'est un homme d'action, son corps en témoigne.


    sa peau est légèrement bronzée, le temps à parcourir le monde à lui aussi marqué la teinte de sa peau. Souvent sous le soleil il s’épanouit à ne pas être enfermer. Ses cheveux bruns et souvent bien taillés montre un certain soin de sa personne. À vrai dire c'est surtout plus pratique pour se battre alors autant être propres sur soi.

    Habillé souvent de manière pratique il porte un ganbison aux couleurs de la ville ou de la personne pour qui il travaillait. Des bottes montantes, ainsi que son fidèle gantelet. Un gant intégral sur son bras droit. Il s'en sert à la fois comme arme et comme outil de protection.






    Histoire



    Elrick Duchamp , est un enfant qui vu le jour dans la contrée de Néra proche de la frontière avec Volg il fut le premier enfant d'une grande famille. Pas au sens noble loin de là, mais au sens nombreux. Ainé d'une famille de 5 enfants il fût depuis toujours très débrouillard, un peu bagarreur, mais prêt à tout pour sa famille.
    Son père travaillait aux champs, sa mère était serveuse dans l'échoppe de leur village. Ses parents aimaient tendrement Elrick peut-être un peu plus que les autres même. Il prenait soin de chacun de ses frères et sœur. Dès qu'il pouvait, il était dans les pattes de son père pour l'aider aux champs, même si souvent il disparaissait avant de revenir couvert de bleu, ses parents finir par en prendre l'habitude.
    Après, tout ce n'était qu'un enfant, il rentrait pour le souper. Et participait du mieux qu'il pouvait.
    Mais en vérité il adorait se battre, ce n'était pas juste un passe-temps, d'ailleurs il s'en prenait même souvent aux enfants plus grands, et il perdait.
    Mais il savait qu'un jour à force de perdre il deviendrait plus fort. Les champs servaient certes à aider sa famille à survivre mais aussi à gagner en force, en endurance et en puissance. Et il se disait qu'un jour, il deviendrait un chevalier de l'ordre de la rose. Son père lui contait souvent leur histoire pour s'endormir, il adorait, c'était la représentation la plus pure de la chevalerie.
    Un jour sa petite sœur Lira, qui était à peine âgée de 5 ans, dit, à leur mère qu'elle l'avait vu frapper dans un mur en pierre avec ses poings. Ses phalanges étaient en sang, mais une détermination sans faille ce lisait dans ses yeux. Mais quand il rentra le pire l'attendait.


    Ce fut la première fois, alors âgé de 12 ans que son père le frappa, alors que la main de son père heurtait sa joue, il esquissa un simple sourire. Et ne dit pas le moindre mot. Mais ce qu'il ressentait était encore plus grand. Une jouissance sans fin, celle de la douleur, celle qu'on ressent en se sentant vivant.


    Puis l'incident passa et la vie continua, mais malgré cela leur père rejoignit deux de ses frères. Une maladie le prit une nuit d'hiver de la même année et le jour se leva sans lui. Alors que les rayons du soleil touchaient le visage d'Elrick, qu'une légère brume tapissaient le sol, et que les dernière braises lisaient hardiment, une larme coula le long de sa joue, transpercée par la lumière elle briller comme une infinité de larmes. Et c'est ce qu'elle était une seule larme qui en représentait des milliers.


    Il prit alors la décision de faire vivre sa famille, il travailla encore plus aux champs, mais cela ne suffisait pas, son père avait dû se tuer à la tâche se dit-il.. C'est vrai en y repensant, il ne l'avait pas trop élevé en dehors des champs. Mais malheureusement, il n'était pas aussi doué. Alors il décida de prendre des risques, et de faire ce pour quoi, il était doué. Se battre. Alors que le soleil se coucher, il passait de village en village âgé alors de 14 ans, il participait à des combats clandestins. Parfois, il pouvait mettre du beurre dans les épinards, parfois, il ne pouvait travailler plusieurs jours durant. Son corps gardera d'ailleurs à vie les marques de ces 2 années. Tantôt vainqueur tantôt vaincu, il enchaîne les combat et les champs pour faire vivre sa famille. Sa mère essaya longtemps de le faire renoncer, mais sa ténacité était telle... Que la mort elle même n'aurait su le retirer de ces arènes clandestines.


    Un jour lors d'un combat, il frappa tellement fort la mâchoire de son adversaire qu'une de ses dents restât enfoncée dans son poing, sa main recouverte de sang, il finit par obtenir le nom du " désosseur" sa spécialité étant de briser les os les plus fragiles pour gagner. Mais cela n'allait que lui apporter les meilleures choses. Un jour, un gang lui tomba dessus.


    La nuit était sombre et les ruelles étroites alors qu'il avait perdu ses rêves de chevalerie pour survivre le regard plongé vers un ciel étoilé, une femme l'aborda, elle n'était pas la première, après tout, les femmes voulaient coucher avec lui, c'était presque un champion, et malgré les combats, c'était une belle gueule, un sourire charmeur et un corps musclé. Malheureusement pour elle, il déclina poliment, un grand sourire aux lèvres regardant la lune presque pleine. Et cette lune éclairait inéluctablement la cité endormie. Se reflétant dans chaque surface, l'armure polie d'un preux chevalier, une flaque d'eau, le sang sur ses poings, la lame de la jeune femme qu'elle glissa sous son cou tendis que des hommes armés de dagues le prenait en tenaille.




    Un homme balafré au sourire narquois lui murmura qu'il avait deux choix. " Se prostituer pour son gang, et reverser une part de ses gains, ou alors voir sa famille mourir". Il était trop nombreux pour lui, alors il accepta a contre cœur. Et au lieu de rentrer chez lui paisiblement il passa une nuit à apprendre l'art de l'amour avec la jeune femme. Il ne se sentit jamais aussi sale que lors de cette nuit. Mais le lendemain matin, il savait sa famille sauve. Cela dura un an, mais chaque combat chaque passe éloignait sa famille et lui de ce monde. Il mettait de coté tout ce qu'il pouvait, pour pouvoir acheter une échoppe en ville. Et ce jour arriva, il avait réussi. Mais l'homme a la balafre le savait, il savait tout.
    Y comprit qu'un chevalier errant arrivait. Elrick le savait aussi, il devait participer. Mais il avait refusé, l'homme l'avait menacé, mais il se dit qu'il ne s'en prendrait pas à sa poule aux œufs d'or après tous.


    Après sa nuit de joyeuseté, il rentrait à son habitude chez lui. Mais il n'y trouva que la mort, le spectacle était atroce, bien qu’il n'y eux aucun sévices les corps était mutiler. C'était un message d'avertissement. Prends de fureur, il se rendit au lieu de l'attaque, malheureusement, un cadavre prit de multiple coup était aux milieux de corps de brigands. Mais il se rendit compte que ce n'était pas le chevalier, mais son écuyer, et alors qu'un combat se faisait entendre plus loin. 3 hommes encerclés un homme en armure un tabard déchirer par des coups portés sur son armure, blesser au flanc, empêchant l'hémorragie d'une main, et tenant faiblement une épée de l'autre. Les soudards ricanaient déjà même si 3 des leurs camarades avaient été occis. La nuit allait payer.


    Pris d'un élan de fureur il chargea, l'écuyer avait une masse à ailette qu'il avait ramassé, une charge qui n'avait rien d'héroïque ou d'un chevalier juste d'un homme qui a tous perdu. Les soudards sous ses hurlements ce retournèrent surprit, le chevalier profita de l'instant pour transpercer l'un des brigands au cœur, Elrick frappa si fort que la masse se logea complétement dans le crane du second, le recouvrant de sang.




    Le dernier surprit et paniqué fuit en courant.
    Il voulut le poursuivre, mais dans le même temps le chevalier tombât, inconscient.
    Un choix s'offrait à lui, puis il se rappela ce que son père disait " comporte toi en homme mon fils, protège toujours la vie. C'est ça être un homme".
    Cette phrase telle un écho du passé résonna en lui. Encore et encore. Il décida alors de porter le chevalier jusqu'au "médecin le plus proche" utilisant ainsi ses économies pour qu'il soit soigner.
    Il lui fallut 2 jours pour reprendre connaissance, et 4 pour marcher sans aide. Il avait utilisé le reste.


    De ses économies pour une chambre d'auberge à la capitale et ne pas pouvoir être retrouver.
    Il n'avait donc plus rien. Ni renommé ni famille ni argent.
    Il n'avait que ce chevalier qui était rester muer depuis son réveil.
    Une semaine passa puis le chevalier le réveilla à l'aube, il était complétement armurer, et sur son lit était poser un gambison avec ses armoiries.


    " Tu as deux choix, reste là avec tes cauchemars à pleurer toutes les nuits, ou vient avec moi et voyages à travers le monde. Deviens un véritable homme et protège les gens comme tu n'as pu protéger ta famille "


    Il lui jeta un regard noir et tenta de lui infliger un uppercut en se relevant. Le chevalier n'eu aucun mal à l'esquiver et à le projeter au sol. Il pouffa de rire, " Tu n'es pas prêt pour ça ".


    Il lui tendit une main tous d'armure vêtu et l'invita a ce changeait. Il avait préparé un sceau.






    Ils voyagèrent jusqu’à la capitale de Néra, il lui apprit sur la route les rudiments des codes de la chevalerie, comment se comporter en société, et même à danser. S'il était honteux, sa honte serait sur lui aussi.
    Et chaque endroit où ils allaient le chevalier aides les gens, il ne prenait pas les roturiers de haut bien au contraire, on aurait pus voir en lui un chevalier du peuple.
    Et malgré la carrure large d'Elrick chaque jour il l'entraîna à être plus agile, à se battre avec de vraies armes, ou encore a cuisiné au moins de quoi survivre. Il était un chevalier errant, il lui raconta alors ses histoires.
    Ce fut un peut un mentor un père, et rival. Il était jeune, peut être 26 ans, alors qu'Elrick attaqué la fin de sa 16eme année.
    Il mit presque une année avant de chanter alors que son compagnon de voyage joué régulièrement de la lyre. Il n'aimait pas cela, mais à vrai dire le chevalier l'entraîna, régulièrement il payer leur nuit a la taverne en l'animant. Elrick ne se battit pas pour le plaisir lors de leur périple, il apprit même les rudiments de la lecture, bien que très lent à apprendre sur le plan intellectuel, le chevalier le forçait à apprendre avant leur départ chaque jour.






    Et malgré les entraînements réguliers Elrick était toujours aussi nul au maniement des armes. La masse fut la seule arme où ce n'était pas une catastrophe ambulante, il manier mal les mots, mais il les magner bien mieux qu'une lance ou une dague. Il essaya l'arc une fois. Il aurait tué quelqu'un se trouvant derrière lui.
    Il finit par lui faire fabriquer un bras complet d'armure, ou le gant lesté, était couvert de petite pointe.




    Ce chevalier était un homme à femme, il ne surjouait pas ou n'abusait pas de son rang. C'était assez drôle de le voir charmer ses dames, elles tombaient tout dedans. Et lui ne bronchait pas, bien sur le chevalier rayonnait sur lui et bien des femmes lui tourner autour. Mais il les refusa toute, avec toute la bienséance dont il savait faire preuve bien sûr. Ce qui ressemblait à un bougonnement d'eux, non désolé pas intéressé… Désolé mademoiselle". Aussi maladroit avec les armes que les femmes d'ailleurs.


    Le chevalier le questionna longuement sur le pourquoi, Elrick estimé que jamais il ne coucherait avec une femme pour le simple plaisir charnel sans lendemain. À quoi bon il y avait déjà bien assez d'enfants sans père pour engendrer un bâtard.




    Il y en eux bien une ou il tombât sous le charme. La nuit était déjà bien avancée, il était dans une petite ville, même Elrick ne savait pas trop où.
    Mais le sommeil lui faisait défaut, et il se dit qu'une balade au clair de lune lui ferait du bien, la ville semblait calme. Son chevalier le faisait dormir équipement pour s'habituer. C’était un homme bon.


    Avec des méthodes quelque peu discutables parfois, mais bon, il avait affronté des brigands, et le lendemain aider un fermier à réparer sa charrue... Bon en fait le chevalier discuté et Elrick réparé. Mais ce furent des expériences comme cela qui forgèrent une certaine forme d'homme à tous faire.
    Mais revenons à notre rue, la lune était bien haute, le froid de l'automne se faisait légèrement ressentir. Mais il était des plus agréables a vrai dire, plein de choses lui traverser l'esprit cela allait faire bientôt 4 ans qu'il était avec lui. Et c'était plutôt plaisant.
    Les rues étaient désertiques parfois une personne était là et baissait les yeux.
    Mais il entendit des pleurs et des gémissements venant d'une ruelle. Il s'y précipita le pas léger, et vie une jeune femme, les habits écarlates partiellement déchirées, on aurait pu croire que c'était son sang qui scintillait au clair de lune.
    Un homme l'empêchant de parlait accompagner de 3 autres hommes qui la maintenaient le regard mauvais.


    Le regard de la jeune femme lui suffit à comprendre, et avant que le premier homme ne puisse dire quoi que ce soit son poing frappa de plein fouet son abdomen, coupant net sa respiration et le m'étant à terre.






    L’un continua de maintenir la jeune femme dans une emprise forte et des plus désagréable pour la jeune femme. Les deux autres sortir des coutelât, et se jetèrent sur lui.
    Il n'avait pas de casque, une erreur alors que le premier coup porté le toucha à la joue. Une giclée de sang vola légèrement sur le mur, rien de grave. Le second tenta un coup fatal au cœur. Simple rapide, efficace, mais pas assez. D'un pas léger, Elrick fit un mouvement en arrière.
    Il était plus lent et plus ivre que son mentor.
    Il arma son poing, puis feinta et mit un coup de pieds rapides et puissants dans le genou, un mouvement qui avait suffit à entendre un craquement spécifique. Celui d'un os brisé. Et avant de pouvoir hurler de douleur, un second coup le frappa dans le cou, un coup qui couperait tout son.


    Celui tenant la femme sortit un couteau, la menaçant. Ses larmes étaient redoublées, comme si son espoir avait été à nouveau brisé. Et cela, alors que le dernier prenait la fuite.


    Un long silence s'installa, le regard tantôt plonger dans celui de la jeune femme, tant dans celui de son oppresseur il hésité. Le risque en vaut-il la chandelle ? Mais ils lui feraient peut-être payer ses actes et elle aurait peut-être pire que la mort. 30 lourdes secondes passèrent. Puis il se décida, il attrapa un coutelas au sol et le lança en direction de la jeune fille d'un léger mouvement elle ce poussa, laissant la lame frapper en plein dans l'œil de l'assaillant. Un crie étouffer tonna alors que sa cervelle et son sang se répandait sur le sol. La jeune femme, prise de panique fui sans demander son reste. Et alors qu'elle disparaisse dans la nuit, Elrick remarqua sa chevelure, la lune lui donnait une couleur d'or et elle, s'entremêlaient aux aillons qu'il lui restait. C'était hypnotisant. Le mélange subtil de l'or et du rouge. Elrick était émerveillé, au point qu'il ne remarqua point les hommes qui venaient de l'entourer.


    15 hommes en armes, qui accompagnaient le brigand qui avait fuit. Elrick décida alors de vendre chèrement sa peau. Après tous en sauvant la jeune femme, il avait été un homme. Mais il n'en eut l'occasion. Son cher mentor arriva, défiant alors Elrick de survivre, un grand sourire aux lèvres. Après quelques secondes sanglantes, le chevalier attrapa Elrick et le sorti de le mêler avant d'y replonger comme un lion. Elrick voulut y retourner, mais s'il donner sa vie pour le sauver alors il ne devait pas ne mourir pas ici. Il retourna à l'auberge, suivit de 2 hommes, qui n'allèrent pas loin faucher par le chevalier qui les invita à ne pas tourner le dos a un ennemi.


    Elrick quitta prestement la ville, prenant la direction du premier village indiqué par les panneaux. Simplement en possession de ce qu'il porter sur lui, de sa besace et de quelque vivre.
    Elrick arriva à l'auberge, il savait ce qu'il avait à faire. A la capitale de la Néra se trouver un marchant. Un ami de son maître, il l'aiderait.


    Il repensa alors sur ce trajet a toute sa vie. Et comprit qu'il devait lui faire honneur. Il allait alors vivre son 21 en hiver. Surement un des plus durs.


    Ce n'est pas physiquement qu'il était dur, il mangeait chaque jour à sa faim plus ou moins, mais ce voyage fut comme un chemin de croix pour lui. Il réfléchit longuement à la spiritualité, comment il pouvait rendre hommage à cet homme a qui il devait tout. Et a qui il avait tous donner.
    C'était donc cela ? Il avait payé une dette de sang, car il l'avait sauvé alors qu'il avait tous perdu ?
    Une multitude de questions le traverser, il n'apprécier plus rien. Alors qu'il était en ville depuis 2 jours, dans la capitale de Néra, fief de Courage. Il se demandait bien ce qu'il pouvait faire...
    Et alors qu'il vit un chevalier de l'ordre de la rose il se rappela son vieux rêve... Un rêve d'enfant se dit-il.


    Puis il se rappela ce que lui avait dit le chevalier. Il devait aller voir marchant de verrerie. Il avait décrit son échoppe. Il l'aiderait à trouver un travail.


    En entrant dans l'échoppe, il bégaya quelques mots à propos du chevalier. Oubliant de se présenter. Encore timide. Après plusieurs minutes de discussion l'homme lui dit que la milice recrutait, et étant citoyen de la région il avait droit d'y postuler sans soucis.
    Il remercia l'homme, c'est alors qu'il comprit... L'ordre était intégrable à l'heure actuelle. Mais on lui avait donné les armes pour. Le code de chevalerie, le baratin, les révérence pompeuse tout ça il le savait. Il restait à devenir nobles. Peut-être avec un peut de chance en étant remarqué cette porte finirait par lui être ouverte.


    Ce ne fut guère compliqué, l'entraînement était bien en deçà de celui qu'il avait subi. Sa formation était aussi rapide, que son déterminisme grandissait chaque jour. Le fait de savoir lire, même moyennement était un gros plus.


    Il se pencha d'autant plus vers la religion, qui fut un pilier sur lequel s'appuyer. Il tenta d'appliquer ce qu'il comprenait des percepts. Il avait eu la chance d'être sauvé, c'était là qu’il avait pour tâche d'aider les plus d'démunis. Régulièrement, il donnait une part de sa solde pour aider les plus pauvres, les orphelinats ou encore des prostituées qui n'avait que ça pour survivre.


    Il ne gardait que de quoi vivre, rien de plus rien de moins. C'était sa représentation des deux premiers percepts. Le dernier il l'accomplissait par son travail. Insatiable, inarrêtable, nul ne pouvait passer la justice, et ceux qui essayèrent de l'acheter furent dénoncer. Chaque personne devait payer pour ses crimes. Il appliquait presque un zèle fanatique envers la justice.


    Son zèle lui valut trois choses, des ennemies au sein même de la milice et de la pègre.
    Une montée rapide dans la hiérarchie. Et le surnom de " l'incorruptible".








    Rapidement, il fut promu chef d'escouade. Le capitaine de sa garnison, l'apprécie énormément ainsi que son taux de réussite. Il l'avait laissé choisir ses hommes. Eh bien que moins extrêmes ils n'en étaient pas moins assidus dans leur travail.


    Un des plus gros coups fut l'arrestation d'un groupe qui prostituait des femmes, avant de prendre leurs argents. Bien sûr, la prostitution est légale, mais que si les femmes ou les hommes son consentent. Mais le gang les volait voir les forçait à le faire. Ils remontèrent alors le réseau, interrogent et en mettant sous protection chacune des femmes avant de tendres un piège au groupe d'hommes. Une fois attraper les questions leur fut extorquer rapidement, Le gang prit par surprise ne fut pas long à être arrêter, une douzaine d'hommes et de femmes furent arrêter ce jour là.
    Ce ne fut pas spécialement un grand coup mais Elrick en était satisfait car il avait réussi avec ses hommes à rendre les rues un peu plus sûres… et la vie de ses femmes un peu moins dure et ça lui suffisait.
    Mais ça ne le rapprochait pas des plus grands.




    Les mois passèrent et malheureusement rien de bien passionnant n'était à se mettre sous la dent quelque petites arrestations mais rien de bien folichon il stagnait et ça l'empêchait d'avancer pour son objectif.
    La bière avait un goût amer cette nuit-là. Il devait voir un grand, un noble. S'il travaillait pour lui il pourrait gagner en galon.
    Une femme l'approcha, elle ressemblait à cette inconnue, celle de la nuit qui le marqua à jamais. Il figea quelques secondes avant de remarquer que ce n'était pas elle.


    Elle lui proposa ses charmes qu'il refusa poliment bien évidemment, il avait autre chose en tête. Mais il se rendit compte que déjà plus de 4 ans avaient passés, il avait 26 ans, et cela faisait 4 ans qu'il n'avait pas parlé de lui, de son passé ou même de cette nuit là.


    Il sortit de la taverne, décidé et résolu encore plus que jamais, un sourire aux lèvres.










    Compétences






  • Athlétisme - Niveau 3



  • Pugiliste - Niveau 4



  • Investigation - Niveau 3



  • Intimidation - Niveau 2



  • Lire et écrire - Niveau 1



  • Étiquette - Niveau 1





  • Derrière l'écran






    Êtes-vous majeur ? Oui


    Avez-vous lu le règlement ? Hocus Pocus


    Comment-êtes vous arrivé sur Les Serments d'Eurate ? Courage  


    Une suggestion ? Vous devriez ajouter des cookies 


    Ce personnage est-il un DC ? Si oui, de qui ?  Nop









    Re: Elrick, un homme du peuple ( Terminé) ─ Mer 28 Aoû - 20:37
    Nathaël
      Nathaël
      Bienvenue Elrick ! Very Happy
      Bonne chance avec la suite de ta fiche et au plaisir de te lire Like a Star @ heaven
      Re: Elrick, un homme du peuple ( Terminé) ─ Jeu 29 Aoû - 6:52
      Rehael Martel
        Rehael Martel
        Conseiller
        *Apporte des cookies* Bienvenue par ici ! Bonne rédaction. (Pis si t'as des questions tu sais où nous trouver !) bounce


        “ Should I run away and change my name ?
        Or should I stay and fight through the night
        And never close my eyes ? ”
        Re: Elrick, un homme du peuple ( Terminé) ─ Dim 8 Sep - 16:44
        Aidan De Númenor
          Aidan De Númenor
          Comte
          bienvenue ici en espérant que tu t'amuseras Smile
          Re: Elrick, un homme du peuple ( Terminé) ─ Lun 16 Sep - 19:03
          Chroniqueur Impérial
            Chroniqueur Impérial

            Validé !!


            Coucou Elrick,

            Contente de te voir parmi nous... Enfin.^^

            Te voici à présent validé aussi je te souhaite officiellement la bienvenue sur Eurate. Tu vas donc pouvoir rejoindre le groupe des Citoyens et je vais t’inviter dès à présent à :

            ■ Te créer un carnet d'aventures afin d’avoir un suivi de tes rps.
            ■ Aller lire les différentes demandes de RP pour trouver des partenaires de jeu.
            ■ Poster un sujet dans les correspondances. C’est ici que les autres joueurs pourront t’envoyer des courriers en restant dans du roleplay.
            ■ Suivre l'arrivée de nouvelles quêtes disponibles afin de rejoindre d’autres joueurs en ayant déjà un but précis.


            N'oublie pas de voter pour nous aider à promouvoir le forum en échange de récompenses (tu peux retrouver les 5 boutons de vote à la fin de la page d'accueil) et surtout, amuse toi bien !

            Re: Elrick, un homme du peuple ( Terminé) ─
              Contenu sponsorisé